Page 4 - Guida di Chiomonte Gravere Exilles
P. 4

Gravere (750m) se trouve à 58km de Turin et le nom dérive de ‘gravier’ et se référe            INTRODUCTION
aux inondations du torrent Gelassa. Son histoire est très ancienne: déjà entre le IIème
et IVème ap.-J.C., à l’époque romaine, un aqueduc fournissait l’eau potable aux maisons
du pays et aux thermes de Suse. Ensuite Gravere a fait partie du royaume d’Adelaïde de
Suse, jusqu’au moment où le territoire est passé à différentes reprises soit aux Comtes de
Maurienne-Savoie soit aux Comtes d’Albon, Dauphins de France. La frontière entre Savoie
et Dauphiné reste inchangée jusqu’en 1713, quand le traité d’Utrecht marque le passage
de la Haute Vallée à la Savoie. Un monument se situe sur la S.S. 24 témoigne de cette fron-
tière, il fut reconstruit en 1984 à l’endroit où se trouvait déjà en 1607 une borne. En 1728,
après une inondation désastreuse, Gravere commence la construction d’une barrière, ‘La
mura’, afin de détourner le cours du torrent Gelassa. La vallée de Suse devient stratégique-
ment importante pendant la résistance. La ligne ferroviaire confortable et sûre de Turin-
Modane représente pour les allemands le plus court chemin, entre l’Italie et la France.
L’église paroissiale, dans le hameau de Refornetto a été construite à la suite d’un vœu. Sur
le clocher (1656), en 1745 fut installée la première horloge mécanique. A l’intérieur, on
peu y trouver un magnifique autel en marbre vert de Foresto, le retable de la Madone de la
Losa et un crucifix en bois (XVIIème).
À la Madone de la Losa se trouve la chartreuse. Selon l’antique légende se trouvait un dol-
men ou un menhir (la losa), puis les Romains construisirent un sanctuaire. Les Bénédictins
s’y sont établis depuis le IXème. Ici, fut élevée la chapelle dédiée à la Vierge et par la suite
appelée la Madone de la Losa (au milieu du IXème). Les fresques de la voûte représentent
les apôtres, St Benoît et St Basile, et sont bien entendu postérieurs.
Autour de l’an 1000, la région de la Losa et la chapelle passent en possession de la mar-
quise Adélaïde, qui en fit don à la cathédrale de St Jean Baptiste de Turin ; puis vers 1190
un groupe de Chartreux en fuite arrivent de la France et y fondent leur couvent. Suite à de
nombreuses et fréquentes incursions, les Chartreux, quelques années plus tard, abandon-
nent la Losa. Les sculptures en bois du retable conservé dans l’église de Gravere, datent
certainement de 1350. Chaque hameau de Gravere a sa chapelle: la chapelle de Deveys,
dédiée à la Madone de la Neige, a été construite au XVIIème par la famille Morello.
Les graffitis rupestres au-dessus du gros rocher qui soutient la croix en pierre, à côté de
l’église paroissiale sont un témoignage intéressant du passé celtique. On y trouve 2 traces
de sabot équin et à côté 6 petits coupelles, traces d’un antique culte païen. Les druides,
en effet, sacrifiaient des victimes (humaines aussi) aux divinités celtiques et, comme le
sang coulait dans les coupelles, ils en tiraient des prophéties. Enfin juste au-dessus de
l’Arnodera, il y a une carrière d’argent dans différents tunnels souterrains.
Pistes, sentiers, pâturages et bois sont maintenant devenus un immense espace disponi-
ble à tous ceux qui veulent profiter du contact avec la nature: randonnée, VTT, escalade,
mais aussi randonnées d’hiver (ski alpin, ski de fond, raquettes), surtout dans le domaine
de Pian Gelassa. Nous citerons également le Sentier des Francs, parcours historique qui
serpente le long du côté droit de la vallée de Suse, da la Sacra di San Michele jusqu’à Oulx.
Pour ceux qui aiment l’escalade il faut rappeler le Mur du cerf, qui est situé au nord du
Château de Bastia et qui est connu en Europe pour la difficulté de ces parcours. On y trouve
aussi une via ferrata (pour des randonneurs experts et équipés), le long de la Dora Riparia,
qui s’étend sur 7km entre Giaglione, Suse, Gravere et Chiomonte : une des plus belles
gorges d’Italie. Un jeu extraordinaire de la nature, façonné par la force érosive de l’eau, du
vent et du froid, il est connu comme le ‘petit Colorado’ du Piémont.

Anonimo. Foto storica.
   Archivio Comune di Gravere
   1   2   3   4   5   6   7   8   9